Contenu

Opération de démoustication dans les communes de Capbreton et Soorts-Hossegor

 

Une personne contaminée par la dengue au cours d’un voyage en Asie a séjourné par la suite sur le littoral landais. Une enquête a alors été réalisée par l’opérateur chargé de la lutte contre le moustique tigre (« Altopictus ») pour le compte du Département des Landes dans les lieux fréquentés par cette personne. Elle a permis d’établir la présence du moustique tigre, potentiellement vecteur de la dengue, dans 3 lieux fréquentés par cette personne et localisés sur les communes de Capbreton et Soorts-Hossegor.

Conformément au plan national anti-dissémination du chikungunya, de la dengue et du Zika, la cellule départementale de gestion du moustique tigre* a déclenché la mise en œuvre d’une opération de démoustication ponctuelle. L’objectif est d’éliminer les moustiques tigres présents dans les lieux fréquentés par le patient, afin d’éviter tout risque de propagation du virus dans l’hypothèse où ils auraient été contaminés en piquant cette personne.

Ce traitement insecticide est prévu dans la nuit du mardi 27 août au mercredi 28 août de minuit à 7h sur les secteurs suivants :

  • Soorts-Hossegor : à proximité de la mairie, du golf et de l’office du tourisme,
  • Capbreton : au sud du port et aux abords de l’avenue Henri Martin.

Le moustique tigre se déplace très peu dans son lieu de vie, ne nécessitant de ce fait que des périmètres de traitements très restreints (rayon de l’ordre de 150 m seulement) autour des lieux de présence identifiée du moustique. Les habitants résidant dans les aires concernées seront prévenus du traitement par information papier distribuée dans les boites aux lettres, ou affichée (cf. ci-joint) qui précise les recommandations à suivre lors du traitement.

L’équipe « d’Altopictus » procédera à une pulvérisation d’insecticide depuis la voie publique. Des traitements plus ciblés effectués à pied seront réalisés. Le produit utilisé lors de ces traitements est pulvérisé à 1 gramme par hectare, un dosage très faible. Il s’agit de la même matière active qui sert à la confection des produits anti-moustiques domestiques disponible en pharmacie et dans le commerce.

Ce type d’intervention a déjà eu lieu en 2017 dans les secteurs de Dax et de Soorts-Hossegor et dernièrement en 2019 à Mont-de-Marsan et Saint-Pierre-du-Mont.

Rappel
Le moustique tigre est une espèce invasive et il n’est pas possible actuellement d’envisager son éradication.
Les opérations de démoustication permettent de gérer la présence de moustiques possiblement contaminés et présentant un risque pour la santé, mais ne sont pas une solution durable pour réduire la nuisance.

Seule la suppression des gîtes qui permettent la reproduction du moustique autour de son domicile peut avoir un impact sur la nuisance ressentie. Les gîtes larvaires sont principalement de petits volumes d’eau du type seaux, arrosoirs, jouets d’enfant… non abrités, laissés dans le jardin et susceptibles de recueillir de l’eau. Le moustique tigre ne pond pas dans les zones naturelles de type étangs, ruisseaux, fossés…

Chacun, en modifiant son comportement et en adoptant des gestes simples, peut participer à la lutte contre la prolifération des moustiques tigre.
Plus d’informations sur le site internet de l’agence régionale de santé : https://www.nouvelle-aquitaine.ars.sante.fr/moustique-tigre-aedes-albopictus-et-lutte-anti-vectorielle