Communiqués de presse

Contenu

Opération de démoustication dans la commune de Peyrehorade

 

Une personne contaminée par la dengue a fréquenté le département des Landes (maladie contractée hors du département). L’enquête, réalisée par l’entreprise Altopictus pour le compte du Département, sur les lieux concernés par son passage, a permis d’établir la présence du moustique tigre (potentiellement vecteur de la dengue) dans la commune de Peyrehorade.

Conformément au plan national anti-dissémination du chikungunya, de la dengue et du Zika, la cellule départementale de gestion du moustique tigre* a déclenché la mise en œuvre d’une opération de démoustication ponctuelle.

Pourquoi une démoustication ?

L’objectif est d’éliminer les moustiques tigres présents dans les lieux fréquentés par cette personne, afin d’éviter l’initiation d’un cycle de transmission autochtone, c’est-à-dire d’une transmission de cette maladie à la population locale. En effet, lorsqu’un moustique tigre pique une personne atteinte de la dengue, il peut s’infecter et transmettre la maladie à d’autres personnes lors de ses prochaines piqûres.

Ce traitement insecticide est prévu mardi 08/10/2019, entre 23h et minuit, dans le secteur suivant :

  • Peyrehorade : avenue du Général de Gaulle et rue adjacentes.

Le moustique tigre se déplace très peu dans son lieu de vie, ne nécessitant de ce fait, que des périmètres de traitements très restreints (rayon de l’ordre de 150 m seulement) autour des lieux de présence identifiée du moustique.

Ce type d’intervention a déjà eu lieu cette année à 3 reprises dans les Landes : à Mont-de-Marsan et Saint-Pierre-du-Mont, puis Capbreton et Soorts-Hossegor et Mont-de-Marsan et Escalans.

Informations des riverains ?

Les habitants résidant dans les aires concernées sont prévenus du traitement par information papier distribuée dans les boites aux lettres, ou affichée, afin qu’ils puissent prendre les mesures de précautions pour ne pas être exposés au produit.

L’équipe d’Altopictus procédera à une pulvérisation d’insecticide depuis la voie publique. Si nécessaire, des traitements plus ciblés effectués à pied seront réalisés. Le produit utilisé lors de ces traitements est pulvérisé à 1 gramme par hectare, un dosage très faible. Il s’agit de la même matière active qui sert à la confection des produits anti-moustiques domestiques qu’on trouve en pharmacie et dans le commerce.

Certaines mesures de précautions sont à prendre par les habitants, dans les secteurs qui seront traités :

  • Se tenir éloigné des engins de pulvérisation.
  • Fermer les portes et fenêtres pendant le traitement et 1 heure après.
  • Ne pas laisser de linge sécher dehors.
  • Rentrer les animaux et leurs gamelles. Couvrir les bassins à poissons. Déplacer les ruches.
  • Rentrer les jouets des enfants. Le lendemain du traitement : rincer le mobilier de jardin et les jouets ne pouvant être déplacés.
  • Couvrir les piscines et les bacs à sable.
  • Eviter, dans la journée qui suit le traitement, que les enfants (en raison de leur comportement « main-bouche »), et que les animaux, ne soient en contacts cutanés avec le sol traité.
  • Comme pour tout traitement insecticide utilisé dans les cultures, respecter un délai de 3 jours avant de consommer les fruits et légumes des zones traitées, les rincer avant consommation.

Rappel :

Le moustique tigre est une espèce invasive et il n’est actuellement pas possible d’envisager son éradication.

Les opérations de démoustication permettent de gérer la présence de moustiques possiblement contaminés et présentant un risque pour la santé, mais ne sont pas une solution durable pour réduire la nuisance. Ces opérations n’ éliminent pas les œufs, ni les larves de moustiques tigres. Une nouvelle population de moustiques tigres (sains) pourra apparaître après la démoustication.

Seule la suppression des gîtes qui permettent la reproduction du moustique autour de son domicile peut avoir un impact durable sur la nuisance ressentie. Les gîtes larvaires sont principalement de petits volumes d’eau du type seaux, arrosoirs, jouets d’enfant… non abrités, laissés dans le jardin et susceptibles de recueillir de l’eau. Le moustique tigre ne pond pas dans les zones naturelles de type étangs, ruisseaux, fossés…

Chacun, en modifiant son comportement et en adoptant des gestes simples, peut participer à la lutte contre la prolifération des moustiques tigre.
Plus d’informations sur le site internet de l’Agence Régionale de santé : https://www.nouvelle-aquitaine.ars.sante.fr/moustique-tigre-aedes-albopictus-et-lutte-anti-vectorielle

 
 

Documents associés :