Communiqués de presse

Contenu

86 immobilisations de véhicule, 17 rétentions et 6 suspensions du permis de co

 

Il est à déplorer un bilan de 22 morts à ce jour, soit le même que celui de toute l’année 2016.

Ce week-end, la police nationale et la gendarmerie ont constaté de nombreuses infractions graves. Elles ont donné lieu à 86 immobilisations de véhicule, 17 rétentions du permis de conduire et 6 suspensions du permis de conduire.

Le bilan des contrôles menés lors du week-end prolongé du 14 au 16 juillet 2017, 157 infractions relevées dont :

  • 17 dépassements de la vitesse autorisée,
  • 12 conduites sous l’emprise d’un état alcoolique,
  • 2 conduites sous l’emprise de stupéfiants,
  • 2 conduites sans permis ou en violation de restriction au droit de conduire,
  • 3 infractions pour usage d’un téléphone en conduisant,
  • 1 infraction pour défaut de port de la ceinture de sécurité.

Parmi les faits constatés :

  • Le 13 juillet, une patrouille de police à Dax, constatant qu’un automobiliste venait de franchir une ligne blanche pour doubler un autre véhicule, rattrape le contrevenant, mais ce dernier n’obtempère pas aux injonctions de s’arrêter et augmente son allure. Il finit pas être stoppé et son contrôle révélera une assurance périmée, un contrôle technique dépassé et une alcoolémie de 1,42g/L.
  • Une automobiliste, alors qu’elle circulait à vive allure le 14 juillet à Mont-de-Marsan, a été contrôlée sous l’empire d’un état alcoolique avec un taux d’alcoolémie de 2,44 g/L.
  • Un automobiliste a été contrôlé à 186km/h (retenu 176) sur la RD 38 à hauteur de Mezos. La verbalisation a donné lieu à une immobilisation administrative pour grand excès de vitesse, qui a été transformée par le Procureur de la République en immobilisation judiciaire, jusqu’à la date du jugement le 11 octobre 2017.

En cette période de vacances et de trafic routier dense, le préfet des Landes appelle les usagers de la route à faire preuve de prudence et à veiller au strict respect du code de la route.
Il demande que les automobilistes fassent preuve d’un plus grand respect des agents des forces de l’ordre dont les contrôles concourent à la prévention et à la protection des usagers. Toute incivilité sera durement sanctionnée comme ces deux automobilistes qui se sont vus suspendre leur permis de conduire suite à un contrôle et dont le comportement inadapté a conduit à l’allongement de la suspension pour outrage à agent dépositaire de l’autorité publique :

  • suspension de permis de conduire de 9 mois au lieu de 6 mois pour l’un,
  • suspension de permis de conduire de 12 mois au lieu de 4 mois pour le second.